Et qui n ont pas encore été divisés (fundo «Quinta Bella» et palais Urmeneta).
Il n'y a, aux yeux de l'Indien, rien que de très naturel dans ses procédés : il traite Mnrin Santissima comme on le traite lui-même, et demande à Dieu, avec une naïveté touchante, une morale semblable à celle qu'on lui enseigne.
(i) Les provinces du Chili, et leurs capitales respectives sont les suivantes Chiloé, cap.Je n'ai eu à faire des corrections que dans la partie de la province d'Alacama qui limite le Chili, dont les frontièresmanquaient d'exactitude, et dans les parties récemment explorées par MiM.91 92 un des personnages synthétise l essence : «Nous, les transplantés d Amérique Latine, ( ) nous sommes des êtres apatrides.Le name dropping auquel se livre Bolaño par la voie de sa narratrice comprend aussi des poètes de langue anglaise :.B.Enfin, après cinquante heures de navigation, nous accostons au mule d'iquiios, où nous débarquons nos passagers; le lendemain nous rangeons le village de Puerto de Pebas, et quinze heures après je débarquais à Noesfra Seùora de Lorelo (vulgo : Loreto).Un chemin de fer récemment construit, dans des conditions identiques, depuis Villa Maria jusqu'à San- Juan (république Arg-entine et dévelop- pant 780 kilomètres, en y comprenant les emlranchements, a coûté.000 piastres par kilomètre, soit.000 francs matériel compris.La Bolivia, par une fatalité géographique des plus déplorables, n'a ainsi de point de contact avec la mer, c'est-à-dire avec l'Europe, qu'à travers un désert.(i) Voyei Appendice note C, L'art indien.L'urubu est un peu plus gros (jue le corbeau; noir comme lui, il est assez haut sur pattes,- son col est noir et chauve.LÀ LÉgende DE LA DÉcouverte DU quinquina.Profession des hommes de la famille Errázuriz.Un môle en bois facilite le débarquement et le transit des marchandises.C'est dans cette région que les moustiques nous firent le plus souffrir; les marécages de la contrée les produisent par légions, et malgré toutes nos pré- cautions, nous étions dévorés par des démangeaisons cuisantes.Tout étant prêt, nous partîmes d'Antofagasta au nombre de cinq, savoir : le vaqueano, un arriero qui conduisait le wagon, monté sur le mulet de gauche, mon piqueur Belté,.Si l expérience du collège peut avoir été diversement appréhendée par les jeunes garçons, dans le cas de Ramón Subercaseaux, elle a été avant tout synonyme de réclusion et de monotonie.On pénètre ensuite dans YEstreito do Brèves, un de ces étroits canaux par lesquels l'Amazone pro- prement dit déverse ses eaux dans le rio Para.'- gars à la recherche à rencontrer femme mature r '.* V-, colon - aspinwall'-?i-'.V.i- V IV, iIn.Rafael, que nous avons vu désireux de rester seul maître de Panquehue, est donc aux anges et écrit à sa femme : «J ai bon espoir que tu m écriras bientôt en me disant que tu es très contente» 695.Dix de ces articles font même la une du journal (le meurtre, les premières déclarations de Blanca et celles de son avocat, l état de santé de la jeune femme durant son incarcération, la première visite de son fils à la prison, trois jours durant.
543 obstacle à la colonisation ; du reste, les huttes paisibles de seringiieiros, qu'on entrevoit çà et là fabriquant des poires de caoutchouc, donnent aux voya- geurs la consolante assurance qu'aucune tribu sauvage n'est à redouter à proximité des fleuves.
Près du marché de la ville se trouve le quartier chinois, hal)ité, non par des coolies, mais par des négociants du Céleste Empire, qui vendent là, outre les crêpes de Chine, si goûtés des Péruviennes, tous les produits indigènes de leur pays : thé.




[L_RANDNUM-10-999]