Soviétophile convaincu, il écrit en 1957 à son ami René Ramos Latour : Jappartiens, de par ma formation idéologique, à ceux qui croient que la solution des problèmes de ce monde est derrière ce que lon appelle le rideau de fer.
Soyons sérieux, ils ont parfaitement raison de nommer cette région Mésopotamie, puis on est au meso (milieu) de potamos (des fleuves).
Alors il ma demandé: Quest ce quont dit les autres?Le plan était de déloger avec des bombardements massifs au napalm et à lexplosif les guérilléros qui comptaient 280 hommes et quelques femmes, pour ensuite les encercler dans une nasse de plus en plus étroite.Peu avant le Che, Simeón Cuba et Juan Pablo Chang sont exécutés sommairement.Cependant, quand le gouvernement américain apprend sa localisation, la CIA et les Special Forces (incluant un bataillon de United States Army Rangers basé non loin de la zone de guérilla sont envoyés pour entraîner et soutenir les militaires boliviens.En février, larmée rafle 23 militants du matures à la recherche de jeunes oliviers mouvement du 26 juillet et les fusille sur les premiers contreforts de la Sierra Maestra, pour simuler une victoire contre la guérilla.Le régime devient de plus en plus autoritaire, en partie pour appliquer ses réformes économiques socialistes de type soviétiques, mais aussi en réaction aux pressions américaines et dune invasion qui semble inévitable au gouvernement cubain.Ces restrictions se transforment en un embargo des États-Unis contre Cuba en 1962, qui est toujours en application en 2010.Dès 1965, le journal yougoslave communiste Borba a observé de nombreuses usines abandonnées ou jamais terminées à Cuba, héritage du plan dindustrialisation raté.Le 3 mai a lieu une réunion clef du mouvement du 26 juillet où Fidel Castro et la guérilla de la Sierra prennent le commandement sur la partie urbaine plus modérée.De petits combats et escarmouches se succèdent, avec peu de pertes de part et dautre.À linverse les médias, mêmes américains, soulignent que chaque accusé a droit à une défense équitable, à un avocat et des témoins, et que les procès sont publics.Une autre version de sa capture indique que ce nest quune fois arrêté quil aurait simplement murmuré Je suis Che Guevara pendant que les soldats cherchaient la confirmation leurs identités dans la documentation fournie par.I.A.Létat cubain continua à cultiver le culte de personnalité du Che, inaugurant de nombreuses statues et œuvres dart en son honneur sur tout le territoire, décorant les écoles, les lieux de travail, les bâtiments publics, produisant des affiches et des billets à son image.Le mausolée de Che Guevara à Santa Clara est devenu un site de signification presque religieuse pour beaucoup de Cubains pendant que le tourisme bénéficiait grandement de lintérêt international pour le Che.À Santa Clara le Che donne lordre de fusiller entre autres le chef de la police, Cornelio Rojas.Après le combat, Fidel Castro prend la décision de laisser la charge des blessés à Che Guevara pour ne pas ralentir le groupe principal à la poursuite des troupes gouvernementales.Alors que le coup dÉtat est en passe de réussir, il redevient volontaire au combat mais en vain : Arbenz trouve refuge dans lambassade mexicaine et demande à ses partisans de quitter le pays.
En 2006, le président du Venezuela Hugo Chávez, qui est connu pour faire ses discours avec un tee-shirt du Che, a accompagné Fidel Castro pour une visite à Alta Gracia, la ville de la Province de Córdoba en Argentine, où Guevara avait vécu quelques années durant.


[L_RANDNUM-10-999]