mature femme cherche homme mûr à lima

Son mari travaille dans un restaurant chic de Larcomar, un quartier huppé en bord de mer.
«Nous ne sommes rien dautre pour eux que des parasites».
Ce mur de beton et de pierres, de 10 kilometres de long et de 3 metres de haut, symbolise abruptement le fosse socio-economique entre nantis et demunis, leur impossible dialogue.
Le sentiment disolement et de manipulation est renforcé par la présence du mur dont lune des vocations officielles est de protéger la ville et ses quartiers riches de la pression exercée par les gigantesques bidonvilles.Leur priorité cest laménagement de terrains de sport et de zones récréatives.Pour aller et revenir du travail, il lui faut emprunter des sentiers étroits, pentus et glissants sur des longues distances.Elles sont séparées par ce mur.Pamplona Alta, lune des communautés les plus pauvres de Lima.Comme de nombreux autres habitants du quartier, ils sont originaires de la région dAyacucho.La famille la recherche d'un partenaire lima pour laquelle je travaille est généreuse parce quelle paie lécole de ma fille mais ils nont pas la moindre idée doù jarrive tous les matins.Pamplona Alta en est le meilleur exemple.Pamplona Alta ou, villa Maria del Triunfo, cerné annonces contacts laviana par un mur depuis 2013.De ce côté du mur, une maison coûte moins de trois cents dollars.En plus des habitants venus de toutes les provinces du pays, des familles qui ne peuvent plus payer les frais de scolarité de leurs enfants et un loyer en centre-ville, viennent sinstaller dans les quartiers pauvres.Flower ne peut pas travailler parce quelle doit soccuper seule de son enfant et le salaire de son mari ne suffit absolument pas à subvenir aux besoins élémentaires.Cest pour se protéger des naufragés du système, considérés comme des délinquants par la haute société péruvienne, que les habitants de Las Casuarinas ont, avec lappui des autorités, bâti ce mur.Nous ne sommes rien dautre pour eux que des parasites qui volent le travail des familles originaires de Lima, et font régner linsécurité.».«Mur de la honte mur de protection, mur de la ségrégation, ou enceinte de protection dun parc espace vert écologique, il suscite un vif débat sur sa nécessité.Ici, ni gaz, ni électricité, ni eau courante, mais des cabanes en bois et en tôle accrochées à flanc de montagne.
Chaque jour, lorsque je reviens chez moi dans les collines de Pamplona Alta, je vois à quel point nous sommes maltraités.

Ces zones nayant bénéficié daucun plan durbanisme, les bidonvilles ont rapidement proliféré.
Situé sur les hauteurs de la capitale péruvienne, un mur de béton de dix kilomètres de long et de trois mètres de hauteur, surmonté de barbelés, sépare.
À Lima, au Pérou, un mur hérissé de barbelés et long de plusieurs kilomètres sépare les quartiers, il rassure certains et en indigne dautres.


[L_RANDNUM-10-999]