Lintérêt pour annonces pour les femmes, les adolescents le jeu a enterré le Brexit, lEuro 2016, ou encore, fait rare, la pornographie.
Un petit artisan pourra-t-il sacheter un Pokéstop pour faire venir les joueurs et leur offrir une réduction?
Le jeu fascine, rassemble les joueurs dans le monde réel, éprouve une technologie et parvient, en ces temps trop durs, à offrir un brin de gaieté légère aux gens.
Dans ces conditions, décider de passer à côté de ce phénomène qui mêle technologie et société serait une erreur éditoriale : jamais, de mémoire, navons-nous connu un titre qui fédérait autant les joueurs (lire linterview en anglais du CEO de Niantic ) de tous âges, milieux.Chaque jour, Guillaume Terrien décortique pour vous une règle orthographique de la langue française.Les joueurs se sont rapidement comptés en millions et dans les heures qui ont suivi son lancement, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Australie, les premiers faits-divers bien réels nont pas tardé à débouler dans les fils dactualité.Côté monétisation, cétait aussi une nouveauté : comme tout le jeu reposait sur le principe de la réalité augmentée, Niantic avait très vite pensé à faire sponsoriser des points dintérêt bien réels par des marques.Et cela na jamais raté.Et en effet, il sagissait véritablement dune innovation : pour la première fois, le scénario dun jeu venait se greffer sur le monde réel et demandait aux joueurs de sortir de chez eux pour gagner.À raison : reprenez un instant des yeux naïfs et émerveillés et imaginez quune petite fenêtre vous offre un regard sur un monde imaginaire, transformant votre environnement en une fiction à laquelle vous avez le droit de croire.Et londe de choc Pokémon Go a été tellement puissante que le jeu, se faisant connaître par le bouche à oreille, a été téléchargé dune manière ou dune autre dans le monde entier alors même quil nétait disponible officiellement que dans quelques pays.Jétais aux Pays-Bas la semaine dernière pour des reportages qui seront bientôt publiés sur Numerama et il était difficile de marcher une heure sans tomber sur des joueurs, le smartphone à la main, chassant le Pokémon dans la bonne humeur.Là-bas, ma-t-on confié lors dun tour chez nos confrères.Ces changements profonds et rapides (qui seront peut-être confirmés par une hausse du vol à la tire de smartphones dans quelques mois) dans le paysage nous ont confirmé que nous navions pas affaire à un petit phénomène, alors même que le jeu nest toujours pas.En fin de semaine dernière, il sapprêtait à dépasser Google Maps et Snapchat.Dans ces premiers jours de vie, Pokémon Go a très vite dépassé.Alors, oui, bien entendu, la hype va descendre et les joueurs les moins engagés vont arrêter de poursuivre un invisible Pikachu.Les prénoms de garçons sont classés par ordre alphabétique.Pokémon Go dans la rue, et ce nest pas tout.Top recherche, voir aussi : 11, trouver une définition, mots proches recherchés.À chaque fois, ils ont trouvé leur lectorat, à la recherche dinformations ou dastuces sur le sujet du moment.Toutes les conversations tournaient autour des petits monstres et du lycéen en vacances au startupeur quon trouve souvent dans le coin, tous avaient une petite histoire à raconter.Après tout, les Pokémon sont là, sur votre table, dans votre jardin, tout autour de vous quand vous vous baladez au parc.Dans limmédiat, certains y pensent déjà.




[L_RANDNUM-10-999]